Item Evolution

Logo d'Item Evolution - version blanc

Articles

3 astuces pour se faire entendre par son enfant (sans crier, ni s’arracher les cheveux)

« Le dîner est prêt, tu viens manger ??? »

« On va être en retard, tu viens t’habiller ??? »

« Dis mon p’tit cœur, tu veux bien ranger ta chambre s’il te plaît ??? »

 

Combien de fois par jour demandons-nous des tâches à nos (petits) enfants de cette manière-là? Nous ne voulons pas être trop autoritaires, ni trop les brusquer… Et puis, nous sommes presque certains de la réponse en général: « Attends, encore 2 minutes! » ou « Non, j’ai pas envie » etc.

Bon, et après, on fait comment? On hausse le ton? On fait les gros yeux? On leur dit que ce n’est pas à eux de décider?

Sauf que, souvent, nous leur avons posé une question, à laquelle ils ont tout naturellement répondu… Ils sont malins ces bambins !!

Ce que nous estimions être un ordre, nous l’avons formulé en question… Il s’ensuit dès lors une spirale infernale de « J’ai dit tu viens prendre le bain, tout de suite », « c’est maman (ou papa) qui décide », « il est tard, dépêche-toi », « pourquoi tu n’écoutes jamais » etc…

 

Voici 3 propositions d’actions qui, utilisées conjointement, seront d’autant plus efficaces :

 

 1/ Laissons-leur le temps de se préparer

Ils jouent, dessinent, regardent la télévision et ils n’ont certainement pas envie de stopper net leurs activités. Et si nous les prévenions, quelques minutes à l’avance pour qu’ils puissent s’y préparer ? Par exemple :  » Dans 5 minutes, nous irons prendre le bain », « le dîner sera prêt dans 10 minutes, nous allons bientôt passer à table »

 

2/ Changeons notre façon de communiquer

Par la formulation

Pour ne pas adopter un ton trop autoritaire, nous avons tendance à utiliser une formulation plus douce en posant une question, ce qui modifie le message que nous voulons transmettre. Cela provoque un certain doute chez l’enfant. Il décide donc de répondre selon ce qui l’arrange puisque nous lui donnons ce choix (Ben oui! Pas folle la guêpe !). Formuler une tâche de façon  affirmative sera bien plus efficace  » Lucien, il est l’heure de prendre le bain, j’aimerais que tu viennes te déshabiller maintenant ».

Pour renforcer l’efficacité de la demande, il faut être attentif à l’écoute de l’enfant au moment où nous la formulons. Veiller à ce que nous ayons toute son attention est primordial (par exemple en se postant face à lui, voire même en s’accroupissant pour les plus petits et capter leur regard). Pour les plus grands, ne pas hésiter à leur demander s’ils ont bien compris ou bien entendu.

Par la voix et l’intention

Une voix hésitante ou une intention mêlée d’une certaine appréhension de la réponse vont également fausser notre message. Soyons fermes et convaincus que la tâche demandée sera réalisée. En formulant notre demande, tout en étant en train de cuisiner, ou en criant à travers la cage d’escalier n’aura pas du tout la même efficacité. Soyons attentifs à notre voix (douce mais ferme) et à notre conviction que cette tâche doit être réalisée.

 

3/ Félicitons-les 

Dès que notre enfant se met à la tâche, même si ce n’est pas encore tout à fait réalisé, félicitons-le de répondre à notre demande.

Féliciter un enfant pour ce qu’il fait est tout aussi efficace (et même bien plus) que de le punir pour ce qu’il n’a pas fait

 « Allez, Au bain, Lucien  »

 

 

Stéphanie Grisard (Mai 2015), http://grandirenbonheur.be/blog/3-astuces-pour-se-faire-entendre-par-son-enfant-sans-crier-ni-sarracher-les-cheveux/

Retour aux articles